>>> Ce site utilise des cookies. En poursuivant la navigation, vous acceptez leur utilisation permettant l'accès à toutes les fonctionnalités du site. En savoir plus et paramétrer vos cookies

Lune et jardin

Météo

Potager facile

Jardin extraordinaire

 

 

Concours photo !

Abonnez-vous au journal d'information


Les oiseaux de nos jardins

Accueil

Dossiers & Articles

F O R U M

Petites annonces

Bourse d'échanges

Galerie photos

Webmasters


English español Italiano deutsch Português


 

  Accueil


Votre agenda expositions, conférences, cours, stages, jardins, plantes, art floral, marches, randonnées, vélo, VTT, vacances nature...

Ajouter un événement à l'agenda

 

  Conseils / Infos


Actualité

Calendrier du jardin

Jardiner avec la lune

Calendrier des semis

Calendrier des tailles

Dossiers & Articles

Marche et rando

Rusticité

A visiter

 

 

 

  Vos témoignages


Ma planète

Journées sans voiture

Vagues de chaleur

Vos découvertes

Vos jardins

Vos passions

Vos réalisations

Vos trucs et astuces

 

  Images/Photos/Vidéos


Galerie photos

Fonds d'écran

Web TV

 

  Reportages photos


Expositions

Parcs et jardins

 

  Poèmes nature


Poèmes nature

Autres poèmes

 

  Bibliothèque


Sélection de livres

Coin lecture (forum)

Achats livres et CD

 

  Saisons/Noël...


Printemps

Automne

Noël

Noël en Europe

Nouvel an

Vacances nature

 

  Concours / Jeux


Concours actuel

Concours précédents

Jeux/divertissements

 

 

 

Dossiers Jardinature

 

 

Maladie de Lyme véhiculée par les tiques : prévention

 

Tique


Généralités



La maladie de Lyme est véhiculée par des tiques logées dans les zones herbeuses et boisées. Elles sont susceptibles de mordre les promeneurs et de leur transmettre une bactérie, la borrelia burgdorferi, à l'origine de la maladie de Lyme.

 

En Belgique et en France, il est possible de rencontrer des tiques porteuses de la borrelia à de nombreux endroits. Il y en a plus en forêt, mais on peut être mordu à la mer ou même en ville !

Bien entendu, les mesures de prévention s'adressent surtout aux personnes susceptibles de réaliser des activités de plein air en zone herbeuse ou en forêt, comme par exemple des randonnées ou du VTT.


 

Equipement à prévoir avant de partir en balade


 

Avant de sortir, mettez un pantalon, des manches longues et des chaussures fermées, idéalement montantes, voire des bottes. Glissez votre bas de pantalon dans vos chaussettes et aussi le bas de votre chemise ou de votre tee-shirt dans votre pantalon.

Idéalement, il faut porter des vêtements de couleur claire afin de repérer plus facilement les tiques accrochées à vos vêtements.

Il est possible d'appliquer un insecticide sur toutes les parties découvertes du corps. Il s'agit du N, N-diéthyl-3-méthylbenzamide (DEET).

On peut aussi vaporiser les vêtements avec un répulsif à base de perméthrine.

 

 

 

Les réflexes à avoir


 

Au retour de chaque sortie, il faut examiner soigneusement toutes les parties du corps, y compris le cuir chevelu, à la recherche de tiques.

Pensez aussi aux animaux domestiques qui peuvent ramener des tiques à la maison et ainsi transmettre la maladie de Lyme.

 

 

 

Que faire si vous trouvez une tique sur la peau ?


 

Si vous trouvez une tique sur la peau, vous devez la retirer immédiatement.

La bactérie à l'origine de la maladie de Lyme est présente dans l'estomac de la tique.

La tique doit rester accrochée à la peau pendant un certain temps (1 à 2 jours) pour transmettre la maladie via la circulation sanguine.

Autrement dit, plus elle restera longtemps fixée dans la peau, plus le risque de transmission est élevé.

 

La tique doit être retirée tout en douceur, en évitant de laisser une partie de la bête dans la peau.

Une pince à tique vendue en pharmacie peut être utilisée, sinon une petite pince : on tire vers le haut sans forcer dans un mouvement circulaire.

 

 

 

Les symptômes et le traitement de la maladie de Lyme


 

Lorsque les bactéries se retrouvent dans la circulation sanguine, elles se multiplient et se disséminent.

Après un temps d'incubation de plusieurs jours, une plaque rouge et chaude apparaît à l'endroit de la morsure.

Cependant, nombre de personnes ne la remarquent pas.

 

Se manifestent ensuite une fatigue, de la fièvre, des maux de tête, une raideur de la nuque, des douleurs musculaires et articulaires, pouvant être confondus avec un syndrome grippal, et parfois des troubles neurologiques sont retrouvés.

A un stade plus avancé de la maladie se déclare une arthrite avec des épisodes de gonflements et de douleurs au niveau des grosses articulations comme le genou.

En l'absence de test spécifique, le diagnostic de la maladie de Lyme est difficile.

 

 

 

Le traitement


 

Le traitement repose sur la prescription d'antibiotiques qui éradiquent les bactéries, mais il laisse parfois des douleurs arthritiques s'il est entrepris très tardivement, d'où l'intérêt des mesures de prévention.

 

 

Questions/Réponses

 

Comment attrape-t-on la maladie de Lyme ?

 

La maladie de Lyme s'attrape par la morsure d'une tique porteuse de la bactérie Borrelia burgdorferi. Une transmission d'être humain à être humain est impossible. En Belgique, on estime qu'environ 10 % des tiques sont porteuses de cette bactérie mais elles ne transmettent la maladie de Lyme que dans 1 à 5 % des cas. La maladie ne s'attrape pas dès qu'une tique se laisse tomber sur vous. Ce petit arachnide acarien met quelques heures à se nourrir du sang de son hôte et cherche d'abord à se tapir dans un repli de peau, comme l'aine, l'aisselle ou le pli fessier. Il commence par injecter de la salive sous la peau pour que sa morsure passe inaperçue. La tique se fraie ensuite un passage sous l'épiderme où elle enfouit la tête, afin de sucer le sang de son hôte et lui transmettre sa bactérie. Si elle est retirée dans les 12 à 24 heures, le risque d'infection reste très limité. On met donc toutes les chances de son côté en s'examinant de la tête aux pieds dès qu'on rentre d'une balade en pleine nature (bois, hautes herbes).

 

Quels sont les symptômes de la maladie de Lyme et se manifestent-ils toujours ?

 

La premier symptôme, le plus typique, prend la forme d'un large cercle rouge sur la peau autour de la morsure. Cet erythema migrans va progressivement s'élargir. Le cercle luimême atteint une taille de 5 à 15 cm, est rouge sur le pourtour et plus clair en son centre. Indolore, il peut se manifester entre 2 et 30 jours après la morsure. Autres symptômes possibles : une rougeur diffuse sur la peau, des maux de tête ou des douleurs musculaires et de la fatigue. Si vous remarquez l'un de ces symptômes après une morsure de tique, consultez sans tarder.
On peut également avoir été infecté sans présenter le moindre symptôme. Il arrive qu'on soit porteur de la borréliose sans que la maladie ne se déclare. Nombre de gardes forestiers ont été mordus par des tiques infectées, et ce sans être malades.

 

Quand faut-il envisager un traitement ?

 

Si le médecin constate, en effet, la présence d'un ou de plusieurs symptômes typiques, il prescrira un traitement à base d'antibiotiques pour éviter que la bactérie ne se répande dans l'organisme. La borréliose est heureusement très sensible aux antibiotiques. On n'a connaissance d'aucun cas de résistance. Mais plus on se fait traiter tôt, meilleures sont les chances de guérison. Une fois la cure d'antibiotiques terminée, le patient est guéri mais nullement immunisé : une nouvelle infection reste toujours possible.
Si elle n'est pas traitée, la borréliose peut atteindre d'autres parties du corps et faire évoluer la maladie de Lyme vers un stade plus avancé. D'autres symptômes plus graves peuvent alors apparaître : arthrite, atteintes du système nerveux central, encéphalite ou troubles cardiaques. Autant de symptômes qu'on ne reconnaît pas d'emblée et qu'on n'associe pas toujours à la maladie de Lyme. Même à ce stade il reste possible de traiter la maladie avec des antibiotiques. On dispose aujourd'hui de tests de dépistage sanguin de la borréliose. Hélas, ils donnent souvent de faux résultats positifs qui nécessitent d'être recoupés par une série de tests plus ciblés. L'interprétation des résultats n'est pas toujours aisée.

 

Existe-t-il une forme chronique de la maladie de Lyme ou un syndrome post-Lyme ? Y a-t-il un lien avec le syndrome de fatigue chronique (SFC) ?

 

Le lien avec le syndrome de fatigue chronique (SFC) tient plutôt du récit commercial, car rien n'a pu être démontré scientifiquement. La confusion trouve sans doute ses origines dans la petite ville américaine de Lyme : dans les années 1970, un groupe d'enfants et d'adultes se sont plaints de symptômes tenaces, tels que fatigue, douleurs musculaires, etc. tout cela sans cause médicale apparente. Ce n'est qu'après plusieurs années de recherche qu'on s'est rendu compte que ces personnes souffraient non pas de SFC mais avaient été plusieurs fois infectées par la bactérie Borrelia, alors identifiée pour la première fois. Après un traitement antibiotique, tous ont guéri. On s'est mis à parler de SFC à la même époque. Certains médecins ont lié à tort les symptômes du SFC avec ceux de la borréliose. Ils pensaient avoir une réponse toute trouvée aux interrogations de leurs patients présentant des symptômes persistants pour lesquels la médecine ne trouvait aucune réponse. Ces médecins ont conclu - sur base de tests non validés - à la borréliose et ont prescrit de longues et coûteuses cures d'antibiotiques. Depuis lors, une enquête scientifique a apporté la preuve - en comparant deux groupes de patients, l'un traité par placebo et l'autre par antibiotiques - que ce type de traitement n'offrait en réalité qu'un effet placebo temporaire. Prudence, car en dehors des cas avérés de borréliose les cures d'antibiotiques au long cours sont nocives pour la santé.
Après le traitement antibiotique, certains patients atteints de Lyme continuent de ressentir les symptômes de la maladie. Pourquoi ? D'après l'ISP (Institut scientifique de santé publique), cela s'expliquerait davantage par les effets de l'infection sur les tissus et le système immunitaire que par la bactérie elle-même.

 

Les tiques risquent-elles de transmettre d'autres maladies ?

 

En Belgique notamment, elles peuvent transmettre l'anaplasmose, qui se signale par des symptômes grippaux et se soigne également avec des antibiotiques. Dans le nord de l'Europe et en Europe de l'Est, certaines tiques répandent l'encéphalite à tiques. Dans les cas les plus graves, ce virus peut provoquer une inflammation des méninges ou des tissus cérébraux. Mais, en général, les atteintes restent légères et se limitent à des symptômes grippaux. A noter qu'il existe un vaccin très efficace contre ce virus.
Si vous voyagez dans les pays du bassin méditerranéen, soyez attentif aux tiques porteuses de la fièvre boutonneuse ou babésiose. La babésiose est provoquée par un parasite, le Babesia, et ses symptômes sont proches de ceux de la malaria. La fièvre boutonneuse se caractérise par un petit ulcère et une plaque rouge autour de la morsure de tique. La personne ressent des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, voire des accès de fièvre et des atteintes neurologiques.

 

Sources : Notes personnelles, Plus

 

 

 

 

Vous souhaitez apporter votre contribution et améliorer ce dossier ?

Contactez-nous !

 

 

 

 

>> Retour à la page principale des dossiers

 

 

Jardinature est géré bénévolement. Vous pouvez nous soutenir et nous vous en remercions.


Ecrivez-nous vis notre formulaire de contact !


Recevez notre journal d'information

par e-mail

Inscription gratuite



 

 

 

Liens divers

 

 

 

 


 

 

Domaines : www.jardinature.be  www.jardinature.ch  www.jardinature.eu  www.jardinature.net

 

© 2000-2018 Jardinature

 

Qui sommes-nous ?    Journal d'information    Copyright et vie privée    Bannières et logos    Pépinières   Liens divers   Contact